Démarche RSE

La RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises, ou Responsabilité Sociétale des Entreprises) regroupe l’ensemble des pratiques mises en place par les entreprises dans le but de respecter les principes du développement durable, c’est-à-dire être économiquement viable, avoir un impact positif sur la société mais aussi mieux respecter l’environnement.

En apportant sa signature au code de déontologie des dirigeants d’établissements de santé et médico-sociaux, la Fondation Georges BOISSEL est convaincue de la nécessité de promouvoir et de défendre les valeurs et les responsabilités éthiques des dirigeants d’établissements de santé, sociaux et médico-sociaux. Ce code engage chacun de ses signataires dans une éthique professionnelle de responsabilité, d’exemplarité et de respect envers les parties prenantes des établissements (usagers, salariés, prestataires, fournisseurs, tutelles) et la société dans son ensemble.

Les dirigeants d’établissement ont, par leurs décisions et leur comportement, une influence déterminante sur la qualité, la sécurité et l’efficacité de la prise en charge et sur l’accès aux soins pour tous.

Par cette démarche, la Fondation Georges BOISSEL assume ses responsabilités


    Pour l’usager

  • En veillant au plus grand respect de l’intimité et de la dignité de sa dignité.
  • En promouvant l’éducation à la santé pour rendre chaque individu véritablement acteur de sa santé.
  • En lui garantissant la plus grande transparence possible dans l’accès aux informations le concernant.

     Pour le personnel

  • En veillant à rester disponible et accessible pour lui et en s’assurant que ce principe soit respecté par chacun des membres de l’équipe de direction.
  • En promouvant bien-être et santé au travail
  • En encourageant la formation continue et la promotion interne de chacun comme un facteur d’excellence.

     Pour ses établissements

  • Œuvrer pour leur pérennité économique afin de maintenir un haut niveau de qualité des soins et de prises en charge.
  • Promouvoir activement en interne et en externe les missions, les valeurs et les engagements de la Fondation.
  • Garantir la sécurité des personnes et des biens en optimisant notamment la gestion des risques.
  • Œuvrer pour l’anticipation, le développement et la diffusion de pratiques innovantes et de programmes de collaboration entre établissements de même nature.

     Pour l’environnement et la société

  • En identifiant, en analysant et en ajustant au mieux les impacts des activités des établissements sur l’environnement et la société.
  • En œuvrant pour intégrer l’établissement à la vie économique, sociale et culturelle de la communauté.
  • En prenant l’initiative d’alerter les tutelles et la société civile sur les incohérences économiques, écologiques et juridiques, et en appliquant le principe de précaution si nécessaire.
  • En prenant en compte l’intérêt des générations futures dans ses choix de gestion.

Le développement durable répond aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Dans cette perspective, la Fondation Georges BOISSEL se mobilise, en toutes occasions, pour ses consommations quotidiennes (produits d’entretien, fournitures diverses) et lors de restructurations, de travaux de construction ou de rénovation, l’achat de matériaux et produits éco-responsables protégeant l’environnement.

Comité d’éthique

Piloté par deux modérateurs et composé de représentants d’usagers, de philosophes, de représentants des cultes, de membres du monde judiciaire et de personnels issus des différentes catégories professionnelles de la Fondation Georges BOISSEL, le Comité d’éthique de la Fondation a vu le jour en 2017. Une fois par trimestre et dans une volonté de parité affirmée, les membres bénévoles du Comité d’éthique de la Fondation Georges BOISSEL étudient dans le respect de la parole de chacun, les saisines issues de tous les établissements de la Fondation. Les questionnements éthiques peuvent porter sur des domaines aussi divers que le soin, le management ou les achats.

Plus généralement, ils questionnent :

  • Le non-respect des principes éthiques : principe d’autonomie, de bientraitance, de non malfaisance, d’information, de liberté, de justice, de dignité…
  • Une contradiction perçue entre deux valeurs, un conflit de valeurs.
  • Une contradiction entre les souhaits des différents acteurs d’une situation (l’usager, sa famille, ses proches et des professionnels).
  • Une situation dans laquelle ce que l’on devrait faire n’est pas réalisable.
  • Une difficulté à identifier ce qu’il faut faire dans une situation précise (ce qui est juste).
  • Des situations vécues de quadrature du cercle, cas de conscience…